Mademoiselle S, lettres d’amour 1928 – 1930

Résumé :

«Il n’y a pas de phrases, si éloquentes soient-elles, qui puissent exprimer toute la passion, toute la fougue, toute la folie, que contiennent ces deux mots notre amour. Nous goûtons à de telles extases qu’on serait inhabile à les vouloir conter!»

Cette correspondance érotique des années 20, découverte par hasard par Jean-Yves Berthault, ancien ambassadeur, dévoile la folle passion d’une femme pour son jeune amant. Un trésor épistolaire écrit dans une langue recherchée, souvent crue et d’une grande modernité. L’audace des mots, la transgression, s’imposent en même temps que celles des gestes, et si Mademoiselle S. nous fait partager ses fantasmes les plus fous, elle nous révèle avant tout une magnifique et tragique histoire d’amour.

L’Avis d’Em’ma:

J’ai reçu ce livre dans le cadre de masse critique. Je remercie Babelio et les éditions Gallimard/Versilio de l’avoir envoyé.

Ce recueil réunit les lettres écrites par Mademoiselle S, ou plutôt Simone, entre 1928 et 1930 à Charles, son amant.

Dès le début, l’amour de Simone pour Charles s’impose.. Elle accepte tout pour lui plaire, ne vit que pour les moments qu’il veut bien lui consacrer. Leur vie sexuelle et leur amour semblent être les points centraux de sa vie, ce qui la fait avancer.

Pourtant au fil des pages, la situation change, Simone devient dominatrice, elle qui était si soumise, elle impose et exige, mais malgré tout cet amour semble être à sens unique.

Ce lire m’a fait, je dois l’avouer, une drôle d’impression. Lire toute cette correspondance si « vite » m’a fait un peu saturer de la façon d’écrire de Simone.. Et oui Simone en 1928 utilise des mots crus.. mais crus !! Sans me choquer, j’ai trouver cela trop récurrent et ça donne un côté très répétitif.

Une chose est certaine, que ceux qui pensent que la lecture érotique de nos jours est une invention le lise.. Je vous assure que rien n’a été inventé dans les années 2000 ! Mademoiselle S savait avant tout manier les mots et passe de la tendresse à la rudesse si facilement que cela semble lui être tout naturel..

Pourtant, j’ai trouvé cette histoire d’amour fascinante mais aussi dérangeante.. Comment une femme peut-elle s’oublier à ce point pour satisfaire son amant ? Puis, réussir à reprendre le dessus et le garder malgré toutes les réticences que l’on sent de son côté ? Car même s’il n’y a pas de lettres de Charles dans le recueil, ses sentiments sont parfaitement décrits par Simone, tout du moins, les sentiments qu’elle perçoit..

J’ai trouvé que c’était une lecture très subjective, puisqu’au final Charles ne réponds pas et que l’on doit se fier à Simone et à son ressenti. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une vraie correspondance..

Pour ma part, j’en ressors avec un sentiment mitigé, et je conseillerais donc à ceux que cette lecture tenterait de la lire mais comme on lit une lettre.. un peu chaque jour pour l’apprivoiser et la déguster comme Simone déguste Charles..

Publicités

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s