Il suffirait d’un signe de Tiffany Schmidt

send-me-a-sign-752855-250-400.jpg

 

Résumé :

Mia est atteinte de leucémie mais elle en nie la gravité. La rentrée approche et elle pense en finir rapidement avec la chimiothérapie. De mensonge en mensonge, elle s’éloigne des autres et sombre dans la dépression. Lorsqu’elle révèle enfin la gravité de sa maladie, ses amis ont du mal à gérer la situation et son copain rompt avec elle. Mais Gyver, amoureux d’elle, l’aide à se battre pour vivre.

 

Merci aux éditions Bayard pour ce service de presse à la couverture magnifique.

Mon avis :

Un livre très touchant, mais qui peut parfois se révéler énervant. En effet, l’histoire pourrait, entre autre, s’apparenter à celle de Nos Étoiles Contraires de John Green mais l’héroïne peut vous énerver, et fort. Le récit est très beau, les personnages très sympathiques même si on découvre qu’on est chez les « populaires » (comme quoi). Il y a donc de nombreux stéréotypes qui me font lever les yeux au ciel à un stade inimaginable. En somme, ça caricature bien mais grâce à cela, ça devient joyeux et différent.

Mia est une jeune fille qui vient de finir sa première. Elle est hospitalisée tout l’été. Elle n’a rien dit ni à ses amis, ni à son copain. Seul son meilleur ami qui ne s’entend pas avec la bande d’amis de Mia le sait. Gyver. Mais il est aussi très amoureux de Mia et elle ne le voit pas.

C’est une histoire qui mélange avec douceur les problèmes liés à la santé : chimiothérapie, journées à l’hôpital… mais aussi des problèmes de coeur, de vie sociale que traverse l’héroïne avec ses amis et les deux garçons présents dans son coeur.

C’est une des raisons du pourquoi j’ai trouvé ça un peu enquiquinant. J’avais l’impression qu’on exagérait trop. On pouvait voir comme un nez au milieu de la figure que Gyver l’aimait et que son copain n’était pas si cool que ça.

Ses amies ont l’air un peu cru-cruches mais avec un bon fond. J’avoue que j’ai parfois trouvé qu’elles exagéraient trop et qu’elles n’agissaient pas en amies. Surtout quand Mia leur annonce enfin sa maladie.

Les deux personnages qui m’auront fait réellement rire – les parents de Mia. Qu’est ce qu’ils pouvaient être gauches ? Et la mère alors ! À croire qu’elle puisse façonner sa fille à sa façon. On doit vivre par nous-même voyons ! Et le papa est super chouette je dirais presque que c’est mon personnage préféré après Gyver.

Gyver est adorable. J’aimerais tellement que des garçons comme lui existent plus souvent !

Je ne saurais pas vous faire un très long avis dessus car je pense que c’est une histoire assez complexe. Et que chacun doit se forger son avis dessus. Je sais qu’au final j’ai bien aimé mais il y a eu quand même quelques chipottis par ci, par là ce qui après réflexion au bout d’un certain moment fait changer ma note et ma conclusion.

Je dirais que je lui mets 6,5 ou 7 … Ça dépendrait des lectures autour.

Zali’

 

Publicités

5 réflexions sur “Il suffirait d’un signe de Tiffany Schmidt

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s